DAVID WASSERMAN, ARTISTE-PEINTRE

Rigoletto de Verdi / Aquarelle de David Wasserman, artiste peintre / Théâtre Antique d'Orange, 27 juillet 2011 Rigoletto-costume
Hier soir, dans les gradins situés derrière moi, j'ai rencontré un artiste-peintre qui réalise, sur le vif, des aquarelles.
Cet artiste possède une petite boite en bois - de fabrication artisanale - éclairée par une minuscule ampoule.
Cet ensemble quelque peu hétéroclite m'a fait immédiatement penser à un pupitre - modèle réduit - de chef d'orchestre !
David Wasserman a peint pendant tout le déroulement de ce "Rigoletto".
Apparemment la musique et l'opéra nourrissent et inspirent cet artiste authentique et passionné.
Pour preuve : cette esquisse du personnage de Rigoletto qui dépeint bien l'aspect lunaire, pittoresque, ambigu et impalpable de ce bouffon rongé par les remords et tenaillé par la peur de voir s'envoler, un jour, sa douce et tendre Gilda !

http://davidwasserman.free.fr

CHOREGIES D'ORANGE 2O11 : BRAVISSIMI PER TUTTI !

IMG_9930_2
La sublime et émouvante Gilda de Patrizia Ciofi.

IMG_9917_2
L'incroyable et époustouflant "Rigoletto" de Leo Nucci aux côtés de Patrizia Ciofi (Gilda).

IMG_9964_2
Vittorio Grigolo, le plus fringuant et le mieux chantant des Duc de Mantoue à l'échelon de la planète. Que du bonheur !

IMG_0011_2
Hier soir, au moment des saluts : "standing ovation" et d'innombrables rappels enthousiastes et justifiés.
L'un des très grands moments de l'histoire des Chorégies d'Orange.

HIER SOIR, A ORANGE, LA "MALEDICTION" DE MONTERONE VAINCUE PAR UN TRIO VOCAL EPOUSTOUFLANT !
UN "RIGOLETTO" D'ANTHOLOGIE !

Comme cela était prévisible – je l’ai évoqué à plusieurs reprises sur ce blog (*) – la répétition générale de « RIGOLETTO » de Verdi – a remporté, hier soir, un triomphe indescriptible.

Ovations ininterrompues, standing ovation, un public en délire…
Depuis plusieurs années, l’un des plus grands moments d’art lyrique que nous aient offerts les Chorégies !

Cette soirée était vraiment bénie des dieux, si j’ose dire !

Tous les « ingrédients » étaient réunis pour qu’il en soit ainsi. Nous devons remercier, très chaleureusement, Raymond Duffaut, directeur général, pour ce superbe et précieux cadeau !

Une distribution très homogène, des artistes complément impliqués, des chœurs remarquables et un orchestre flamboyant…

« A tout seigneur, tout honneur » comme dit le proverbe !

On reste pantois, subjugué et admiratif face au Rigoletto, sans équivalent à ce jour, du vétéran baryton italien Leo Nucci (70 printemps).

On pouvait craindre qu’un vibrato un peu large – après une aussi longue carrière – ne vienne entacher, quelque peu, sa prestation vocale. Hier soir, il n’en était rien !

Leo Nucci (**) connaît toutes les ficelles et les difficultés de ce redoutable rôle. Il sait avec une habileté suprême pour ne pas dire presque diabolique, une subtilité incontestable et une intelligence supérieure en déjouer tous les pièges pour nous offrir l’un des plus poignants Rigoletto de la scène lyrique internationale.
Un Rigoletto digne, en tous points, de l’âge d’or du bel canto italien.

Sa prestation scénique est également époustouflante. Il parcourt l’immense scène du Théâtre Antique comme une sorte de rapace prêt à bondir sur ses proies.

Il sait aussi nous émouvoir et nous fasciner tout au long de cette mémorable soirée.

A ses côtés, la sublime Patrizia Ciofi qui réussit le tour de force d’émouvoir la salle entière lors de son grand air mais aussi au moment de sa mort ou plus exactement de son suicide !

Patrizia que j’ai eu le vif plaisir d’inviter à Poissy et à Montreux est l’une des plus grandes cantatrices actuelles. Sa Gilda, sa Lucia et sa Traviata sont des rôles dans lesquels elle est, de nos jours, pratiquement sans aucune rivale !

Sa Gilda possède la voix d’un ange descendu sur terre. J’ose avouer qu’elle m’a fait pleurer pendant son long récit : Caro nome…

L’une des plus belles interprétations que j’ai eu la chance d’entendre en 37 ans de carrière artistique !

Comment ne pas évoquer aussi le fringant et bien chantant Duca di Mantova de Vittorio Grigolo.

Il est actuellement le meilleur interprète au monde de ce rôle. Ses demi-teintes élégiaques, ce phrasé exemplaire, cette musicalité sans faille, cette finesse dans l’expression et la manière de distiller les sons, la beauté de son timbre en font le digne successeur de Luciano Pavarotti au niveau du chant et de Placido Domingo pour sa prestation scénique.

Avec Jonas Kaufmann(dont les répertoires sont différents) on pourrait presque dire qu’ils détiennent actuellement, tous les deux, les « maillots jaunes » de l’art lyrique international.

Aux côtés de ce trio vocal exceptionnel, la très sensuelle Maddalena de Marie-Ange Todorovitch, un rôle dont elle ne fait qu’une bouchée !

Les autres rôles sont également parfaitement tenus, les chœurs sont dignes du plus beau mur - comme se plaisait à dire le roi Louis XIV - et l’Orchestre National de France se présente sous son meilleur jour sous la baguette experte et enflammée de Roberto Rizzi-Brignoli.

Le metteur en scène Paul-Emile Fourny, respectueux de la partition, semble avoir fait le choix de privilégier les clairs-obscurs mais aussi les gros plans pour employer des termes cinématographiques. Il permet ainsi, à cette histoire intimiste de ne pas tomber dans les travers d’un spectacle grandiloquent et tapageur pour quelques touristes en goguette !

J’ai beaucoup aimé les symboles du petit carrosse funèbre écrasé par l’immense mur du Théâtre Antique qui nous annonce la fin de cette tragique histoire dès l’ouverture musicale, de cet échelle suspendue dans le vide comme une sorte d’appel à l’abîme, de ce chemin jonché de roses rouges qui est à la fois celui qui conduit à l’amour et celui qui conduit déjà à la mort !

En conclusion, une production qui hisse les Chorégies à la tête des manifestations lyriques françaises de cet été en détrônant, d’une manière indiscutable, le Festival International d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence pourtant doté de subventions "pharaoniques" qui paraissent indécentes en ces temps de crise économique et de misère sociale !

Un bon conseil : courez, courez, ce samedi 30 juillet ou ce mardi 2 août à Orange pour assister à un « Rigoletto » d’anthologie.
Vous ne le regretterez pas !

(*) Après 37 ans de carrière artistique et plus de 50 ans de passion vouée à l’art lyrique, je peux m’offrir le grand luxe de dire ce que je pense !

(**) La charmante épouse de Leo Nucci me confiait que son mari avait chanté plus de 600 fois ce rôle, en comptant les répétitions générales publiques. Un record qu’il faut également saluer.
Bravissimo maestro Nucci !

Anecdotes :

. Ma fille Manon ( âgée de 15 ans depuis le mois de mars dernier) a eu la joie et le bonheur d'être embrassée, sur les deux joues, par Vittorio Grigolo !
Inutile de vous dire qu'elle est sur un petit nuage...!
Ce matin, elle n'a pas cessé de chanter "La donna e mobile" !

. Il y a fort longtemps, à l'époque où j'étais encore jeune et beau... j'ai mis en scène "Rigoletto" de Verdi avec Peter Glossop (Rigoletto), Helen Field (Gilda), Kenneth Collins (Duca di Mantova), Gianfranco Casarini (Sparafucile), Elise Kahn (Maddalena), Paul Renard (Marullo).

MON ALBUM PHOTOS : REPETITION GENERALE DE "RIGOLETTO"

IMG_9868_2IMG_9864_2IMG_9861_2IMG_9831_2IMG_9827IMG_9816_2IMG_9845_2IMG_9876_2IMG_9819_2IMG_9877_2
IMG_9879_2IMG_9854_2IMG_9851_2IMG_9817_2IMG_9837_2IMG_9838_2IMG_9894_2IMG_9901_2IMG_9925_2IMG_9955
IMG_9994_2IMG_9999IMG_9970_2
1& 2 - Le public avant la répétition générale
3 - Une forêt de photographe
4 - Le groupe d'Arioso accueil le public
5 - Raymond Duffaut (de dos, à gauche) accueille Andréa Guiot
6- Leo Nucci et sa souriante épouse
7 - L'arrivée de Vittorio Grigolo
8 - Maquillage de Vittorio Grigolo
9 - Maquillage de Leo Nucci
10 - Le ténébreux Vittorio
11 - Marie-Ange Todorovitch
12 - Mikail Petrenko et une charmante et sympathique habilleuse
13 - Christian Chorier et Patrizia Ciofi
14 - Christian Chorier et Leo Nucci
15 & 16 - la Lecture de la partition et un appel téléphonique sur un iphone
17 - Un extrait de la répétition générale
18 - Leo Nucci, Rigoletto et Vittorio Grigolo, Duca di Mantova
19 - Patrizia Ciofi, Gilda et Vittorio Grigolo, Duca di Mantova
20 - Vittorio Grigolo, Duca di Mantova
21 - Leo Nucci, Rigoletto et Patrizia Ciofi, Gilda
22 - Marie-Ange Todorovitch, Maddalena et Vittorio Grigolo, Duca di Mantova
23 - Extrait de la répétition générale
Photos Christian Chorier

ANDREA GUIOT, HIER SOIR, A ORANGE

Ma très chère ANDREA GUIOT - qui a soufflé, cette année, ses 83 bougies - était présente, hier soir, à cette répétition générale.
Dans les coulisses, à la fin de la représentation, elle m'a glissé à l'oreille : Mon Christian, cette répétition m'a donné du baume au coeur. Je suis vraiment très heureuse. Ils ont tous magnifiquement chanté. C'était superbe !

Quel beau compliment de la part de celle qui fut, jadis, l'une des plus grandes cantatrices de sa génération et une "Mireille" de Gounod toujours inégalée !

A noter : sa "Mireille", sa Marguerite de "Faust", sa Juliette de "Romeo et Juliette" de Gounod et sa Micaela de "Carmen" de Bizet, sa Mathilde de "Guillaume Tell" de Rossini, sa Mimi de "La Bohème" de Puccini, sa Liu de "Turandot" restent - entre autres - des moments inoubliables.

Andréa a chanté aux côtés de Maria Callas, Nicolaï Gedda, Albert Lance, Robert Massard, Birgit Nilsson, James King, Jane Rhodes, Ernest Blanc, Guy Chauvet...

A noter : c'est dans ce Théâtre Antique d'Orange que j'ai entendu - pour la première fois de ma vie - la Juliette (Roméo et Juliette de Gounod) d'Andréa Guiot !
A cette très lointaine époque, j'étais tout jeune mais, ce soir-là, à la fin de la représentation, j'ai fait le voeu d'embrasser - un jour et coûte que coûte - la carrière artistique !
Quelques années plus tard, à l'âge adulte, J'ai eu la chance et le bonheur de réaliser ce doux rêve !

IMG_9834_2
IMG_9833_2
Hier soir à Orange avec ma très chère Andrea Guiot.

IMG_9941
Hier soir à Orange. Andréa Guiot et ma fille Manon.
Manon considère Andréa comme sa mamie de coeur.
Cette photo témoigne de cette belle complicité !

4500328_8b2566e3a2_s
LES COMMENTAIRES DE MES VISITEURS !

Bonjour. Je ne serai pas à orange cette année ! j'y étais pour sa Violetta de "Traviata" de 2009 ! un moment magique que je regarde à nouveau à la TV.
je suis un inconditionnel de PATRIZIA CIOFI dans tous les rôles qu'elle interprète; Elle est belle, elle a du coeur et de la musique à offrir en partage. J'écouterai sa gilda sur France Musique (le 2 août je crois.
Vittorio grigolo est un grand monsieur et artiste qui l'accompagne comme elle le souhaite.
Bon vent à vous et à Patrizia Ciofi. !
Si quelqu'un sait si cet opéra sera retransmis à la TV (hors de France), je suis preneur.
Jean-claude Carrère

Entièrement d'accord avec vous ! hier soir : un spectacle extraordinaire où les chanteurs ont donné toute leur voix même si cette répétition générale étaient encore, pour eux, une "séance de travail" !
Tulhari@orange.fr

Quelle chance et quel privilège vous avez d'assister à de tels concerts !
C'est magnifique. Amitiés
.
José Lambert